dimanche 3 juillet 2016

Hommage à l'ancien Premier ministre Michel Rocard


Michel Rocard, l’ancien Premier ministre de François Mitterrand de 1988 à 1991 est décédé à l’âge de 85 ans. Il fut l’inventeur du RMI et de la CSG.

Leader de l’UNEF avec le courant des minos très engagé contre la guerre d’Algérie, fonctionnaire dénonçant sous le pseudonyme de Servet la sale guerre, rompant avec la SFIO de Guy Mollet pour les mêmes raisons. Fondant avec Pierre Mendès France et Edouard Depreux le PSU, il en devient le Secrétaire général réalisant un score remarqué à l’élection présidentielle de 1969.

Michel fut l’un des fondateurs d’un courant original dans le socialisme français. Ce courant prit son envolée après 1974 et son retour au Parti socialiste via les Assises du socialisme qui virent la CFDT d’Edmond Maire et le PSU de Michel Rocard rejoindre le PS.

C’est au congrès de Nantes en 1977 que Michel Rocard théorisa la seconde gauche, le « parler vrai » et l’autogestion. Il s’imposa ainsi comme l’autre gauche face à François Mitterrand. Le congrès mythique de Metz perdu par Michel Rocard ouvrit la voie à la victoire de Mitterrand et au second Rocard. Ce fut le temps de l’homme d’Etat et de gouvernement anticapitaliste mais comprenant l’économie. Il s’opposa aux concessions faites au PCF pour l’union de la gauche.

Ministre du Plan, puis de l’agriculture, il démissionna pour protester contre la proportionnelle. Premier ministre pro-européen, artisan des accords de Matignon, inventeur de la CSG, du RMI aujourd’hui RSA. Il devint sur le tard Premier secrétaire du PS, relançant ce dernier après la déroute de 1993 via les États généraux du Parti socialiste.

Figure tutélaire de Terra Nova, il créa en 2012 le Collectif Roosevelt, avec Stéphane Hessel, Edgar Morin et l’économiste Pierre Larouturrou.

Michel Rocard n’a jamais cessé, tout au long de sa vie, de mêler trois réflexions : la gauche, la France, l’Europe.

L’ancien Premier ministre était impressionnant d’intelligence et de pugnacité. Sa voix manquera.


vendredi 1 juillet 2016

La majorité de droite au Département de Seine-Maritime confirme la suppression des bourses aux collégiens



A l’occasion de l’adoption du Budget Primitif pour l’année 2016, la majorité départementale de droite en Seine-Maritime a décidé la suppression des bourses départementales en faveur des collégiens.
Cette décision a été présentée comme rendue nécessaire par la situation financière du Département. Pourtant l’examen du Compte Administratif 2015 et du Budget Supplémentaire pour 2016 indique que la collectivité est en mesure de supporter financièrement le maintien des bourses en faveur des collégiens seinomarins.
En effet, l’équilibre du Budget Supplémentaire est réalisé en gelant 14,7 M€ au titre des dépenses urgentes et imprévues sur la section d’investissement, et 15,4 M€ en fonctionnement.
Ce choix va donc au-delà de la prudence nécessaire. Le Groupe des élus socialistes et apparentés au Conseil Départemental « Pour les Seinomarins » a ainsi proposé, lors de l’Assemblée plénière du 24 juin 2016, un amendement afin de diminuer de 2 millions d’euros le montant inscrit au Budget Supplémentaire 2016 au titre des dépenses de fonctionnement imprévues, pour l’inscrire au titre des bourses.
Dès 2017, la dépense pourra être couverte par les recettes attendues de la taxe sur le foncier bâti des Grands Ports Maritimes. Le maintien des bourses départementales apparaît ainsi parfaitement possible sans nullement mettre à mal les finances du Département.
Cet amendement a été rejeté par la droite départementale qui maintient ainsi, sans raison financière valable, la suppression d’un dispositif utile aux familles et aux collégiens Seinomarins.
Ce dispositif permettait à près de 5000 familles de bénéficier, sous conditions de ressources, d’une bourse départementale, allant d’un montant de 100 à 344 euros par collégien.
Cette décision éloigne le Département de son cœur de métier : les solidarités. Elle constitue un triste et dur message envers les familles seinomarines les plus modestes.

mardi 28 juin 2016

Révélations sur le quinquennat Hollande : Les Mesures de Gauche #1



La droite a laissé la France au bord de la faillite. Depuis 2012, la gauche redresse le pays en réduisant les inégalités creusées en 10 ans, en relançant le dynamisme économique de notre pays, tout en élargissant les droits sociaux des français. La politique menée depuis 2012 commence à porter ses fruits.



mardi 10 mai 2016

Il y a 35 ans, François MITTERRAND était élu Président de la République #10mai



Ce 10 Mai 2016 est le 35ème anniversaire de l’élection de François MITTERRAND à la Présidence de la République, le 10 mai 1981.
Durant 10 années, ses deux mandats présidentiels entrecoupés des périodes de cohabitation, ont été marqués par l’action volontaire des gouvernements de gauche. Au cours des années 80, dans une mondialisation libérale naissante, dominée par les figures de Margareth Thatcher et de Ronald Reagan, la gauche française, avec François Mitterrand, a fait plus que résister.
En France, le nom de François Mitterrand reste associer à de grandes conquêtes sociales qui ont « changer la vie » de nos concitoyens : retraite à 60 ans, réduction du temps de travail à 39 heures, 5ème semaine de congés payés, RMI, lois Quillot pour les locataires, lois Auroux dans les entreprises.
Le nom de François Mitterrand reste associé à de grandes avancées pour les libertés publiques et notre société : les 1ères lois de décentralisation, l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité, la libération des ondes, la paix en Nouvelle Calédonie, sans oublier une grande politique de la culture, de l’éducation et de la recherche : la Grande Arche de la Défense, l’Opéra Bastille, la Cité des Sciences de La Villette, la pyramide du Louvre et la Grande Bibliothèque qui porte son nom.
Pour l’Europe, François Mitterrand défendait l’idée d’un continent solidaire, loin de la mise en concurrence exacerbée qui met les peuples européens en compétition.
Dans le Monde, la France était grandie, à l’image de l’idée que se faisait François Mitterrand de son histoire, de son rôle, de notre République. Nous sommes les héritiers de son combat pour la Paix et la réconciliation des peuples. François Mitterrand incarnait la France avec dignité.
Quoi qu’on en dise, et il y a des critiques justes et constructives sur le bilan de François Mitterrand, et son parcours, nous restons, avec les Français, fiers de ce Président là, qui sut rester le gardien intransigeant des valeurs humanistes fondamentales de 1789, fidèle à notre devise Républicaine : liberté, égalité, fraternité, mais aussi laïcité.
François Mitterrand, l’homme de la reconstruction du Nouveau Parti Socialiste en 1971, fut également un grand Premier Secrétaire. Un homme qui sut, le 10 mai 1981, faire gagner la gauche grâce à deux principes simples : l’unité des socialistes et le rassemblement de la gauche.
Ce 10 Mai 2016, il n'est pas inutile de citer François MITTERRAND « La gauche n’a pas d’efficacité dans le déni d’elle-même. Sans morale politique elle est pire que la droite puisqu’elle trompe l’espérance. » (Ma part de vérité – 1969)


Aujourd'hui la section de Pavilly a rendue hommage à François MITTERRAND.





samedi 2 avril 2016

Pétition contre la suppression des bourses départementales aux collégiens les plus modestes en Seine-Maritime



En Seine-Maritime, les bourses attribuées à 5000 familles de collégiens doivent être supprimées par la majorité de droite au département. Les élus PS du conseil départemental de Seine-Maritime s’opposent à cette décision notamment en lançant une pétition.
Avec le budget 2016 du Département de Seine-Maritime, la majorité de droite seinomarine casse les outils de l’égalité des chances, en supprimant notamment les bourses aux collégiens (930 000 € inscrits aux budgets en 2015) .
Ce dispositif permettait à près de 5000 familles de bénéficier, sous condition de ressources, d’une bourse départementale, allant d’un montant de 100€ à 344€ par collégien.
Entre 2004 et 2015, la majorité de gauche avait lancé une politique innovante et concrète pour les collégiens : Contrat de Réussite Educative Départemental, bourses aux collégiens et aide à la restauration scolaire, Pass’Culture et Pass’Sport,  « 1 artiste 1 collège », opération « Tous au Cinéma ».
La décision éloigne le Département de son cœur de métier : les solidarités.
Elle constitue un triste et dur message envers les familles seinomarines les plus modestes.


Vous pouvez également imprimer et faire signer la pétition (image en haut de l'article) et la déposer dans la boîte aux lettres 30 rue Jean Maillard à Pavilly.