mardi 24 décembre 2013

Remise en cause du droit à l’avortement en Espagne : le PS exprime son indignation et sa solidarité avec les femmes espagnoles




Le Parti socialiste exprime sa colère suite à l’adoption par le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy d’un projet de loi remettant en cause le droit à l’avortement.
Ce projet de loi pose des conditions très restrictives au droit à l’avortement, dans l’unique but de le faire disparaître. Le Parti socialiste rappelle que le droit à disposer de son corps est un droit fondamental des femmes, qui doit être garanti à toutes les femmes qui ne souhaitent pas poursuivre une grossesse, quelle que soit leur situation.
Il y a quelques semaines, le rapport Estrela était rejeté au Parlement européen, à cause d’une collusion entre les partis d’extrême droite et le PPE, dont fait partie l’UMP. Vendredi (20/12/2013), la droite européenne a une fois de plus montré son vrai visage : un visage réactionnaire, inspiré par les pires idéologies anti-choix, et opposé à ce que les femmes puissent décider librement de leur destin.
En France, au contraire, le gouvernement a choisi de faire avancer le droit à l’avortement, en instaurant le remboursement à 100% de l’IVG par la sécurité sociale notamment. La défense des droits des femmes est toujours emblématique de ce qui différencie la droite et la gauche, en France comme en Europe.
Nous exprimons la solidarité de tous les Socialistes français avec les femmes espagnoles et le soutien du Parti socialiste aux féministes mobilisées en Espagne.

Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste
Adeline Hazan, secrétaire nationale aux Droits des femmes
Mine Günbay, secrétaire nationale adjointe aux Droits des femmes


lundi 23 décembre 2013

NON, les étrangers ne piquent pas les logements des Français et des SDF !

Non, les étrangers ne piquent pas les logements des Français et des SDF #desintox
Vous avez pu voir cette photo, que j'ai retrouvé chez un ami sur Facebook.... C'est une intox totale.

C'est une mauvaise rumeur qui coure depuis un moment, au point que ça commence à intoxiquer des gens qui ne sont pas racistes et qui ne voteraient pas au FN: une simple question de bon sens, disent-ils. Alors qu'on aurait des gens en souffrance en France, nos compatriotes devraient être logés en priorité, on n'aurait pas de place pour les bons sentiments. En bref, quand la famille va mal, on va pas aider son voisin de passage.

Ce raisonnement très simple et logique en apparence ne tient pas debout.

En premier lieu, les SDF ne sont pas en majorité des Français. C'est pas moi ni un analyste lambda qui le dit, c'est l'INSEE. La composition de la population sans logis montre que seulement 47% des sans-logis sont Français.

"Parmi les 81 000 adultes sans domicile usagers de ces aides, 47 % sont de nationalité française, 18 % sont des étrangers non francophones (sources), 35 % sont des étrangers francophones. Un cinquième des sans-domicile étrangers sont nés en Europe (22 %). La part des étrangers parmi les sans-domicile est ainsi passée de 38 % en 2001 à 53 % en 2012. Elle est près de neuf fois plus élevée que dans la population de France métropolitaine. Cette hausse s’explique en partie par l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile qui n’ont pas de place dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) et s’orientent donc vers les services d’aide aux sans-domicile."

On voit donc bien qu'on a appliqué la préférence nationale depuis une dizaine d'années, et ça, sans attendre Marine Le Pen et Jean-François Copé.
Les SDF, auxquels vous ne parlez pas, en général, par peur, par lâcheté ou habitude, sont d'ailleurs majoritairement de type européen, ce qui inclue les caucasiens de toute l'Europe et les maghrébins, les moyen-orientaux. Il est donc facile de se dire qu'il y aurait un nombre incalculable de Français dans les rues quand il existe une barrière invisible entre eux et vous, entre eux et nous, quand ils n'ouvrent pas la bouche.

D'ailleurs, dans la proportion des sans-domicile qui ont retrouvé un logement, on n'en trouve que 5 à 11 % qui sont d'origine étrangère ou apatrides, alors que nous sommes à 53% d'étrangers dans la rue dans la population SDF...c'est ça, loger des étrangers en désavantageant les Français? On ne compte pas ceux qui sont morts dans la rue, bien entendu...A moins que d'insinuer qu'un étranger serait plus résistant au froid?

Alors, la rumeur qui dit qu'on héberge plein d'étrangers dans les hôtels et associations au détriment des Français?
La réalité (issu du premier lien cité):

"Les hôtels accueillent principalement des étrangers (73 % des résidents francophones) ; ces derniers sont également nombreux parmi les sans-abri (45 % des sans-abri). Les femmes étrangères sont souvent hébergées en hôtel (33 %, contre 7 % de femmes françaises), particulièrement quand elles ont des enfants ; elles sont moins souvent en logement associatif (33 %, contre 55 % des femmes françaises). Les hommes étrangers vivant seuls connaissent des conditions de logement encore plus précaires (sans-abri ou dans un centre qu’il faut quitter le matin) que les femmes étrangères seules."

On récapitule : si les étrangers sont dans un hôtel, c'est qu'on ne leur réserve pas les centres associatifs stables et les structures adaptées pour sortir de leur situation. On voit bien que les femmes françaises sont privilégiées et que les hommes étrangers seuls sont abonnés aux centres précaires. On n'arrive pas à sortir de la rue et des dispositifs d'urgence quand on est d'origine étrangère, que très peu, ou alors les pieds devant.

On est loin du tableau idyllique ou apocalyptique selon, des étrangers logés nourris aux dépens des Français...

samedi 7 décembre 2013

Nelson Mandela, une vie de combat pour l'Égalité

Nelson Mandela est décédé le 5 Décembre 2013 à la veille de ses 95 ans. Retour sur la vie du combattant pacifiste pour l'égalité des droits de l'homme et l'homme d'Etat sud-africain.



Nelson Mandela, né le 18 juillet 1918 à Mvezo (Union d'Afrique du Sud) fut l'un des piliers de la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud. Après 27 années passées dans les prisons de Robben Island et Pollsmoor, Nelson «Madiba» Mandela est devenu président de la République d'Afrique du Sud de 1994 à 1999, lors des premières élections nationales non raciales de l'histoire du pays.


Nelson Mandela et François Mitterrand reçus dans l'émission La Marche du Siècle lors de la visite du président français, premier chef d'État reçu dans la mandature de Nelson Mandela.

La non-violence et la volonté inamovible

Entré au Congrès national africain (ANC) en 1944 pour lutter contre la ségrégation raciale imposée par la minorité blanche, il devient l'un des premiers avocats noirs du pays et s'inspire de la non-violence prônée par Ghandi pour lutter contre l'apartheid. Après le massacre de Sharpeville et l'interdiction de l'ANC en 1960, Mandela fonde et dirige la branche militaire de l'ANC qui préfère saboter bâtiments publics et militaires à une guerilla, pour préserver les vies humaines et ménager «les meilleures chances aux relations interraciales.»

Guerre froide et emprisonnement

Le 12 juillet 1962, Nelson Mandela est arrêté sur indication de la CIA, puis condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité lors du procès de Rivonia. Ce procès et l'apartheid sont eux-mêmes condamnés par les Nations Unies.

Libération, fin de l'apartheid et prix Nobel

Après vingt-sept ans de prison dans des conditions très dures, Nelson Mandela est libéré le 11 février 1990. Il soutient alors la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. Les dernières lois séparatistes sont abolies en juin 1991. En 1993, Nelson Mandela recevra avec de Klerk le prix Nobel de la paix pour avoir mis fin au régime d'apartheid.

Le père de la «nation Arc-en-ciel»

Il devient le premier président noir d'Afrique du Sud en 1994. Il se retire de la vie politique active après son mandat. Nelson Mandela restera toutefois engagé aux côtés de plusieurs associations de lutte contre la pauvreté et contre le sida, salué comme le père de la «nation arc-en-ciel » sud-africaine, et écouté par le monde entier s'agissant des droits de l'homme.


samedi 30 novembre 2013

Patrick Douillet, candidat aux élections Municipales 2014 à Pavilly


Patrick Douillet, conseiller municipal à Pavilly depuis 2008 et candidat sur la liste menée par Jean-Claude Bateux en 2001, sera tête de liste aux élections Municipales de 2014.
Patrick Douillet a déjà assuré des fonctions municipales de 1983 à 1992 à Mers les Bains (80), ville dont il est originaire, en tant que conseiller municipal et un mandat de 6 ans de Maire Adjoint en charge de l’Urbanisme – Environnement et du Tourisme.
Au sein du conseil municipal de Pavilly, il participe aux commissions des travaux, d’appel d’offre, du logement, de l’environnement – sécurité -communication, commissions correspondant à ses domaines de compétences. Il est également membre du Conseil d’Administration de l’APCAR
Patrick Douillet est également Responsable de l’agence locale du bailleur social et délégué syndical.

Pavilly : Municipales et Européennes pour Nicolas Vincent



Publié dans le Courrier Cauchois du 29 novembre 2013



mercredi 27 novembre 2013

Rassemblement contre le racisme à Rouen le 30 Novembre

Samedi 30 novembre 2013, le Collectif pour les Libertés Fondamentales et le Réseau Education Sans Frontières appellent à un rassemblement devant le Palais de Justice de Rouen, pour lutter contre le racisme. La Fédération de Seine-Maritime du Parti Socialiste invite à relayer cette information autour de soi et à s’y retrouver nombreux.
Un climat nauséabond s’installe dans notre pays. Le garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Christiane Taubira, a subi ces dernières semaines des attaques racistes venues de temps obscurs que l’on croyait révolus. Les déclarations racistes d’une candidate du Front national, les invectives d’enfants, téléguidés par leurs parents, traitant la ministre de la Justice de «guenon », sont une souillure pour la République.
Ces propos attaquent frontalement des millions d’êtres humains originaires d’Afrique, des Caraïbes, des Amériques, de l’Océan indien, citoyens français ou non et dont les aïeux ont été jadis martyrisés du fait de leur couleur de peau.
Ils constituent une atteinte violente contre toutes et tous car ils visent au cœur le pacte républicain.
Nous condamnons solennellement cette dérive raciste, de même que les actes et propos qui en ont permis la maturation. Nous n’admettons pas que des millions de personnes soient déniées dans leur humanité et leur citoyenneté, que ce soit en raison de leurs origines, de leur situation sociale, de leur culture, de leur religion… Nous ne supportons pas que des boucs émissaires soient désignés comme les responsables de nos maux et comme des menaces sur notre avenir.
Alors que la France doit affronter les énormes défis liés à la dégradation économique, au chômage et aux inégalités, face à ceux et à celles qui veulent aviver les souffrances sociales, les peurs et les colères, nous nous dressons pour affirmer avec force : la République n’a d’avenir qu’égale, solidaire et fraternelle.
C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs de l’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité aux visages hideux du racisme à participer à un Rassemblement devant le Palais de Justice de Rouen, Samedi 30 Novembre, à 15 H.

CDLF : le Collectif pour Les Libertés Fondamentales
RESF Rouen : Le Réseau Education Sans Frontières


jeudi 21 novembre 2013

Grand meeting de la gauche «Défendre la République contre les extrémismes» à la Mutualité le 27 novembre



Ces dernières semaines ont été particulièrement éprouvantes pour tous les Socialistes, pour tous les progressistes, pour tous les républicains. Les valeurs qui sont le socle de notre pays sont aujourd’hui mises en cause par une montée de racisme, de la xénophobie et de la haine. Une offensive réactionnaire, dont un des terreaux a été la « Manif pour tous » et qui a pris récemment pour cible la Ministre de la justice Christiane Taubira, a libéré en France la parole d’intolérance et nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire.
La surenchère de ces dernières semaines montre l’importance de la bataille culturelle et idéologique que nous avons engagée dès nos Universités de la Rochelle contre un bloc droitier, extrémisé et antirépublicain, qui alimente ce climat d’intolérance. Nous avons poursuivie cette bataille avec le forum sur la République en octobre, et nous devons, aujourd’hui plus que jamais, continuer de la porter.
Déjà, un sursaut républicain spontané s’élève chez nombre de nos concitoyens. Des rassemblements, des marches pour s’opposer au racisme et à l’antisémitisme se multiplient partout sur notre territoire. Il appartient à la gauche et aux Socialistes de soutenir ce sursaut et de l’amplifier parce que nous refusons que la France, patrie des Lumières et des droits de l’Homme, ne sombre dans cette vague nauséabonde.
Le Parti socialiste prend toute sa part dans ce combat pour les valeurs de notre pays et de notre République, pour le vivre-ensemble, la tolérance et le respect de tous les citoyens.
C’est pourquoi le PS a décidé d’organiser un grand meeting le 27 novembre prochain, à laMaison de la Mutualité à Paris, pour défendre la République face aux extrémismes, en présence des Ministres Christiane Taubira, Vincent Peillon et Manuel Valls, des Présidents de groupes, de personnalités de gauche, d’artistes, d’intellectuels et de représentants de la société civile.
Il est temps de réagir, il est temps que la voix des Français qui refusent ce déferlement de haine et d’intolérance se fasse entendre, il est temps que la majorité silencieuse des républicains pousse son cri d’alarme et de révolte pour dire qu’il y en a assez de ce climat insupportable, que ce n’est pas cela la France.
Nous comptons sur vous pour vous joindre à nous et porter haut l’étendard des valeurs de la République.


Comment s'y rendre ?
Maison de la Mutualité,
24 Rue Saint-Victor, 75005 Paris 


mardi 12 novembre 2013

La Une abjecte de "Minute" sur Christiane Taubira


L'hebdomadaire d'extrême droite "Minute" affiche en Une une photo de Christiane Taubira, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, avec cette légende : "Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane".
"Minute" ne peut pas plaider ici la liberté d'opinion et d'expression, c'est de l'incitation à la haine raciale.
C'est adjecte...
Tout notre soutien à Christiane Taubira, une grande dame.

Harlem Désir appelle au sursaut républicain contre l’extrême-droite #11novembre



Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste a appelé au « sursaut républicain » après les manifestations d’extrême droite qui ont entaché les cérémonies de commémoration du 11 Novembre présidées par François Hollande.


« Je veux faire part de mon indignation totale face à des comportements factieux, antirépublicains, qui ont été organisés par des groupuscules d’extrême droite dans une journée de commémoration, d’unité nationale. C’est une insulte à notre mémoire nationale, une insulte à nos morts, à ceux qui se sont battus pour la Nation », a dénoncé Harlem Désir dans une déclaration faite au siège du PS, rue de Solférino.
« Il faut que cesse cette façon qu’a l’extrême droite de semer le trouble, de créer le désordre, de susciter des violences en marge de toute sorte de manifestation, ces derniers temps et je veux que l’on dise que les Républicains ne laisseront pas mettre en cause les cérémonies de commémoration de la Grande Guerre et le cycle mémoriel qui est en train de s’ouvrir », a insisté le Premier secrétaire.

dimanche 3 novembre 2013

D'où vient l'écotaxe ?



Ces derniers jours, le sujet de l'écotaxe enflamme médias et opinion. Pourquoi ? Retour sur le chemin de cette écotaxe.

Qu'est ce qui a amené le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à prendre la décision de suspendre la mise en place de l'écotaxe sur tout le territoire ?
L'écotaxe a été décidée sous le précédent quinquennat
Suite au Grenelle I de l'environnement, le principe de l'écotaxe a été inscrit dans le projet de loi déposé en 2008.
En décembre 2008, cette taxe est votée dans la loi de finances pour 2009. Dans le texte, plusieurs exemptions sont déjà prévues, notamment un abattement de 25% pour les territoires périphériques.
Pour la mise en place technique de l'écotaxe, le précédent gouvernement, et particulièrement les anciens ministres de l'Environnement, du Budget, et de l'Économie, Nathalie Kosciuzko-Morizet, Valérie Pécresse et François Baroin, a signé en octobre 2011 un contrat avec un acteur privé, Ecomouv'.
Ce contrat, d'une durée de 13 ans, prévoit que 250 millions de recettes par an serviront à la gestion de l'écotaxe par Ecomouv' et 900 millions de recettes iront à l'État et aux collectivités territoriales pour financer les infrastructures de transport.
Le contrat étant signé, si l'écotaxe est remise en cause, cela impliquera que le gouvernement devra verser à Ecomouv' plus de 800 millions d'euros d'indemnités.
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a déclaré à propos du contrat :
Si on devait le délier, ça coûterait 800 millions d'euros, voilà ce qu'on nous a laissé, et voila pourquoi on ne peut pas revenir en arrière.
2012 : la reprise en main de l'écotaxe par l'actuel gouvernement
Le 6 mai 2012, un décret, imputable à la précédente majorité, et relatif au Mécanisme de répercussion de cette taxe est publié. Le système qu'il instaure est complexe et inapplicable puisqu'il vise une répercussion «au réel» de la taxe payée par le transporteur à chaque trajet.
Ce décret a rencontré l'hostilité de tous les transporteurs et chargeurs.
La loi du ministre des Transports Frédéric Cuvillier, votée le 28 mai 2013, permet un dispositif plus simple et plus réaliste que celui prévu dans le décret de 2012.
Elle prévoit également deux exemptions : l'exonération pour la collecte de lait par camion citerne dans les fermes, et une réduction plus importante pour les régions périphériques, par exemple 50% pour la région Bretagne.
En février 2013, suite à un retard pris par Ecomouv, le gouvernement reporte l'entrée en vigueur de la taxe au 1er octobre 2013. Le dispositif est alors testé sur le territoire, et en octobre 2013, tous les défauts ont été corrigés, permettant l'entrée en vigueur de l'écotaxe au 1er janvier 2014.
Pour Stéphane Le Foll, en Bretagne, région rencontrant des difficultés économiques particulières, l'écotaxe a crystallisé les mécontentements. C'est pourquoi le Premier ministre a décidé la suspension de l'écotaxe, afin de rendre possible un dialogue nouveau.

Selon le ministre de l'Agriculture :

Si on veut sortir la Bretagne de la situation dans laquelle on est, on en a les moyens à condition qu'on équilibre l'ensemble du dispositif : investissements d'un côté, financements de l'autre. 

Quelles sont les recettes ? L'écotaxe est un élément des recettes qu'on doit mobiliser pour réussir cette transition.

samedi 26 octobre 2013

Les origines du Front national expliquées à Marine Le Pen


Marine Le Pen se plait à réécrire l'histoire...
Un peu de vérité ne fait pas de mal.




source : Desintox

mercredi 16 octobre 2013

Nicolas Mayer-Rossignol, nouveau Président de la Région Haute-Normandie

Christophe-Bouillon-Premier-secretaire-FederalCommuniqué de Christophe BOUILLON
Premier Secrétaire de la Fédération du Parti Socialiste de Seine-Maritime


Nicolas Mayer-Rossignol trouve le soutien des militants socialistes
Suite à la démission d’Alain Le Vern de la Présidence de la Région, les militants socialistes de Haute-Normandie étaient appelés à se prononcer sur son successeur parmi les conseillers régionaux. Ce vote a eu lieu, conformément aux statuts du Parti Socialiste, jeudi 10 octobre.
Les 68 sections de Seine-Maritime se sont mobilisées et ont apporté tout leur soutien à Nicolas MAYER-ROSSIGNOL.
A 37 ans, Nicolas MAYER-ROSSIGNOL est donc devenu, le 14 octobre, le plus jeune président de Région de France. Le vote des militantes et militants seinomarins conforte la dynamique du Parti Socialiste de Seine-Maritime engagée autour du renouvellement, de la parité et du rajeunissement de ses élu-e-s.
Elu pour la première fois en 2010 aux côtés d’Alain LE VERN, Nicolas MAYER-ROSSIGNOL a indiqué vouloir poursuivre le travail engagé par celui-ci au service des haut-normands depuis 1998.
Retrouvez son discours d’investiture, ici : [clic]

source : PS76.FR

jeudi 10 octobre 2013

Hervé BATEUX nouveau secrétaire de la section PS de Pavilly



Hervé BATEUX  a été élu à l'unanimité, ce 10 Octobre 2013, secrétaire de la section PS de Pavilly suite à la fusion de la section Plateau Caux-Cailly et celle de Pavilly.

Nelly EL HARRADI, Conseillère générale suppléante du Canton de Pavilly est secrétaire de section adjointe.


lundi 30 septembre 2013

La Section PS de Pavilly adopte une "Motion relative au projet de réforme des retraites"

http://2.bp.blogspot.com/-PXT1x1CN6RI/UOPF0J9I9eI/AAAAAAAAACY/8KSsRhYsLPw/s250/PS%2BPavilly.png

Motion relative au projet de réforme des retraites

A l’attention de :
- Harlem Désir, Premier Secrétaire du Parti Socialiste
- Bruno Le Roux, Président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale
- François Rebsamen, Président du groupe socialiste au Sénat

Avec les réformes Balladur, Fillon et Sarkozy que nous avons toutes combattues, le nombre d’annuités exigées pour une retraite à taux plein s’est accru, passant au fil des années de 37,5 à 41,5 années.

Or, malgré des avancées réelles, le projet qu’élabore le gouvernement  envisage l’allongement progressif de la durée de cotisation à 43 années.

Si elle est appliquée, cette mesure aggravera le chômage des jeunes et retardera l’âge de départ à la retraite bien au delà de l’âge légal de 62 ans.

Quand on sait que l’âge moyen d’entrée dans la vie active est de 23 ans, les salariés partiront au mieux à 66 ans.

Il est clair que cette mesure conduira à une véritable régression sociale.

Dans ces conditions, nous demandons aux présidents des groupes socialistes de l’Assemblée Nationale, Bruno Le Roux, et du Sénat, François Rebsamen, de déposer un amendement tendant à maintenir la durée de cotisation à 41,5 années et à rechercher le financement correspondant dans les revenus du capital qui, actuellement, ne sont pas mis à contribution.


Cette Motion a été adoptée à la quasi unanimité par les militants de la section de Pavilly.

vendredi 13 septembre 2013

Journée Européenne du Patrimoine les 14 et 15 septembre

L’année 2013 revêt pour le monde du patrimoine une importance bien particulière : elle sera le cadre de la commémoration du centenaire de la loi du 31 décembre 1913, texte fondateur pour la protection des monuments historiques en France, mais aussi une occasion de célébrer la 30e édition des Journées européennes du patrimoine.
Cette double commémoration invite à prendre la mesure de l’extraordinaire vitalité de l’action patrimoniale depuis cent ans et de l’engagement de l’ensemble des acteurs du patrimoine – privés comme publics, bénévoles comme professionnels.
Les Journées européennes du patrimoine prolongent depuis près de 30 ans l’héritage transmis par la loi de 1913. Au-delà de l’enthousiasme qui anime ces deux journées de septembre tant attendues, elles stimulent la fréquentation pérenne des monuments publics et privés, tout en favorisant la compréhension et l’appropriation des enjeux de la politique de protection du patrimoine par les citoyens de tous les âges.
Le thème « 1913-2013 : 100 ans de protection » retenu pour cette 30e édition sera ainsi l’occasion d’appréhender les différentes étapes qui ont présidé à la protection d’un lieu ou d’un objet à travers visites, expositions, ateliers, démonstrations de savoir-faire ou conférences.
Ce sera aussi l’occasion de valoriser l’engagement des propriétaires pour l’entretien et la valorisation d’un monument protégé et de mettre en avant l’histoire de leur site ou de leur collection, de découvrir 100 ans de chantiers et d’ateliers de restauration, 100 ans de travaux d’artisans, de restaurateurs et de laboratoires spécialisés, 100 ans de savoir-faire en matière de conservation et de mise en valeur du patrimoine.
Il sera rendu hommage à l’investissement de toutes celles et ceux qui, depuis 100 ans, œuvrent au sein des administrations au recensement, à l’instruction des dossiers et des décisions.
de connaître et comprendre les innovations technologiques qui ont renouvelé le travail de restauration et profondément transformé notre approche et notre connaissance du patrimoine.
Les 14 et 15 septembre, le Département de Seine-Maritime s’associe aux 30ème Journées européennes du Patrimoine en proposant dans les sites et musées des visites de leurs collections permanentes et expositions temporaires lors de ce weekend gratuit pour tous : clic.
De nombreuses animations sont prévues à cette occasion : démonstration de savoir-faire, lectures, visites commentées ou encore spectacle en plein-air. L’Hôtel du Département et les Archives départementales à Rouen sont également concernés par ce weekend exceptionnel.
L’ambition de cette édition 2013 reste enfin celle qui a fait vivre toutes les éditions précédentes et qui constitue l’identité même de la manifestation : faire connaître les richesses monumentales et mobilières qui nous entourent, dans toute leur diversité et sur l’ensemble des territoires.


Alain LE VERN, 15 ans d’action visionnaire pour la Région Haute-Normandie

Lors d’un point presse de rentrée, Alain Le VERN, Président de la Région Haute-Normandie, Sénateur Socialiste de Seine-Maritime, tance les "palmarès" comme celui, récent, des "cumulards" qu’il juge "malsain pour la démocratie" et s’en explique. Puis, il annonce son  départ de ses fonctions et son passage de témoin. Un moment émouvant. Un acte politique exemplaire.
L’homme libre.
Alain Le VERN a d’abord rappelé sa crainte sur le projet des métropoles entre autre pour le risque d’une « confusion » entre degré de collectivité. Puis, martelant « aimer la clarté« , le Président de la Région annonce ne pas être « malade » mais un homme libre … Et c’est cette liberté qui l’amène à annoncer qu’il « quitte la vie politique« .
Sans autres commentaires, il transmet une déclaration écrite qui rappelle son action, salue les personnels, parle de son goût pour ce territoire dans lequel il a milité durant 30 ans et évoque sa succession en proposant que Nicolas Mayer-Rossignol, conseiller régional socialiste, 36 ans, le remplace dès la mi-octobre.
Alain Le VERN le dit comme ça et chacun le connaît ainsi. Il n’est pas « diseux« . C’est un « faiseux« , expression qu’il a souvent égrenée …
Le geste politique est fort et de haute tenue tant il affirme qu’il est un temps où il faut savoir assumer le passage de relais. Reconnu pour ses idées claires, sa parole franche et sa conduite politique bien trempée, Alain Le VERN rajoute sa propre part de noblesse à l’engagement public, faite de transmission, d’humilité et d’un sens aiguë de la responsabilité.
L’hommage partagé.
Laurent FABIUS rend « un hommage chaleureux » à Alain Le Vern et lui redit son « amitié, son estime et son affection ».
Guillaume BACHELAY, Député, n°2 du PS, pointe « l’élégance » d’un homme « trois fois choisi par les Haut-Normands pour conduire notre Région« . Il loue le « sérieux dans la gestion et l’audace dans la transformation (…) et note la « conception exigeante de la politique faite de travail, de rigueur, de disponibilité pour les autres. Notre Région lui doit énormément (…) »
C.TALEB (EELV) ne cache pas sa grande surprise et sur le ton de l’humour déclare  » C’est la preuve qu’Alain Le VERN est définitivement devenu Normand ! (…) C’est un président très présent, tout le monde peut lui reconnaître son engagement quotidien dans la collectivité qu’il préside. »
Catherine TROALLIC, Députée PS du Havre « salue le courage de la décision » et rappelle qu’Alain Le VERN est un homme de cœur, d’une extrême gentillesse et juste. Alain, fait partie des deux ou trois personnes qui m’ont permis d’être là où je suis aujourd’hui. »
B. LE MAIRE (UMP) dit « respecter sa décision et saluer le temps consacré à la Haute-Normandie ».
Didier MARIE, Président du Département de Seine-Maritime, rappelle combien Alain Le VERN « a agi sans relâche dans l’intérêt des Hauts-Normands. (…) Quelle que soit la place qu’il occupera désormais, je sais qu’il restera fidèle à ses engagements aux cotés des Seinomarins ».
F.X. PRIOLLAUD rappelle avoir affaire à un « farouche adversaire » et salue « une décision courageuse d’un homme attaché à sa liberté »
L. LOGIOU, Vice-Président de la Région, considère que c’est un « formidable geste politique ! Alors que l’on juge aujourd’hui le politique sur le cumul et qu’on le disait, lui, trop accroché à ses mandats, son geste est fort. Il est même exemplaire. Il donne une vraie leçon de politique »
F. SANCHEZ, Président de la Créa, exprime « toute ma gratitude et celle des habitants des communes de la CREA pour la qualité de son action publique. (…) la Haute-Normandie lui doit beaucoup. (…) Je lui adresse tous mes voeux de réussite pour ses projets futurs ».
Nicolas MAYER-ROSSIGNOL dit combien le témoignage d’Alain Le Vern « l’honore et l’engage« , Alain Le VERN est un homme politique qui « fait honneur à l’action publique et à la Haute-Normandie« .
L’exemple à suivre.
« Quand on aime une région, quand on aime les gens, on veut le meilleur pour eux. J’ai donné le meilleur. Cette région est en bon état. On me reconnaît une qualité de gestionnaire (…) La Région est en ordre de marche. J’ai tout donné, mais j’ai 65 ans. Il faut être raisonnable, passer la main. Aujourd’hui, je veux assurer la relève, mettre un jeune en selle, à 18 mois des échéances électorales. J’ai décidé ceci dans mon secret, mon intimité. Je vais assumer mes responsabilités jusqu’au 30 septembre. Je n’ai pas de regrets. Je suis un homme libre… » Alain Le VERN.
A l’heure de la désignation des Premiers des Socialistes au sein du PS, nombreux sont les responsables locaux a rappeler « sa détermination et sa force de travail » mais aussi « l’exemplarité de son geste qui devrait faire figure d’exemple pour tous … »
A la marge quelques critiques à mots pesés (Front de Gauche) ou ouvertement déplacées (FN) tentent de salir ou d’entacher de suspicion une décision personnelle.
Pour l’heure, il reste un geste politique « fort » qui ne manquera pas de servir d’exemple …


lundi 9 septembre 2013

École : Le changement par des actes

La refondation de l’école républicaine est au cœur du projet présidentiel de François Hollande. En redonnant la priorité à l’école maternelle et primaire, en insistant sur la nécessité d’une liaison école/collège, en remettant la pédagogie et la formation des enseignants au centre de cette refondation pour élever le niveau de qualification de tous les jeunes et pour réduire les inégalités, la loi sur la refondation de l’école met en œuvre un véritable projet de société.
Dès mai 2012, le Gouvernement a pris de fortes mesures en faveur de l’école. Ce fut l’augmentation de 25 % de l’allocation de rentrée scolaire, la création de 1 000 postes de professeurs des écoles auxquels s’ajoutaient 1 500 emplois auxiliaires de vie scolaire individuels sous statut d’assistant d’éducation avaient été créés pour la rentrée 2012. Ce fut enfin, l’engagement sur 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation sur l’ensemble du quinquennat
Pour mémoire, la droite au pouvoir (ce n’est pas si vieux) c’est un lourd bilan scolaire :
- Classes surchargées,
- difficultés de remplacement des enseignants
- dégradation du soutien scolaire par la suppression de 80 000 postes en cinq ans
- Inégalités sociales et territoriales accrues du fait de la suppression de la carte scolaire
- Formation professionnelle tronquée pour les jeunes enseignants par la suppression des IUFM
- Abandon des élèves les plus en difficulté par la suppression de 3 000 postes de RASED
La rentrée 2013, placée sous le signe de la refondation de l’école, a commencé par la priorité donnée à l’école primaire car c’est garantir la réussite scolaire de tous :
- 3 350 postes d’enseignants supplémentaires affectés au primaire et qui s’ajoutent aux 1 000 postes de professeurs précédemment cités.
- 400 nouveaux emplois pour développer la scolarisation des enfants de moins de 3 ans à l’école maternelle.
- Plus de 1 000 emplois consacrés au dispositif « plus de maîtres que de classes », qui a pour but de renforcer l’encadrement des élèves dans les zones les plus fragiles et d’accompagner la mise en place d’organisations pédagogiques innovantes, favorisant la réussite scolaire des élèves.
- Service public du numérique : 11 nouveaux services numériques pour permettre aux élèves de mieux apprendre et aux enseignants de mieux enseigner
- Mise en place de la liaison école-collège pour fluidifier les parcours
Mais le secondaire n’est pas oublié. En 4 200 postes sont créés pour faire face à l’augmentation du nombre d’élèves et améliorer les remplacements. La titularisation sera progressive pour 28 000 auxiliaires de vie scolaire (AVS) qui assistent les élèves handicapés, c’est une reconnaissance officielle du métier et une formation renforcée.
Le Gouvernement souhaite offrir aux enseignants une formation de qualité. Pour cela, il crée des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE). Tous les futurs enseignants (maternelle, élémentaire, collège, lycée ou université), ainsi que les futurs CPE sont accueillis, dès la rentrée, au sein des nouvelles Écoles supérieures du professorat et de l’éducation. L’objectif est de faire naître et vivre une culture partagée, essentielle pour favoriser la cohésion des équipes pédagogiques.
Un mot de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires.
Un million trois cent mille élèves du primaire (1 écolier sur 4) bénéficient lors de cette rentrée 2013 de nouveaux rythmes scolaires. Ainsi, le nombre de jours d’école va passer de 144 jours par an à 180 jours. Il se rapprochera ainsi de la moyenne de l’OCDE qui est de 187 jours. La semaine de 4 jours et demi permettra de mieux répartir les heures de classe sur la semaine. Cet un allègement de la journée de classe de 45 minutes en moyenne et la programmation de séquences d’enseignement à des moments où la faculté de concentration des élèves est la plus grande.
On le voit, loin du déclin imposé par la droite, l’Ecole de la République doit connaître une accalmie voire une remise en forme programmée sur un quinquennat et dont les premiers effets ne vont pas tarder à se faire sentir. Car d’autres chantiers majeurs sont lancés et renforcés. Comme la mobilisation pour l’égalité des filles et des garçons à l’école, la rénovation de l’éducation prioritaire, la mise en place du parcours d’éducation artistique et culturelle, des actions pour prévenir les violences et améliorer le climat scolaire … Le temps de la refondation globale est bien lancé qui comprendra la réforme du collège, la réforme des programmes, le chantier des métiers de l’enseignement.

vendredi 6 septembre 2013

Les permanences de Pascal MARCHAL pour le 2nd semestre 2013



Voici les dates des permanences de Pascal MARCHAL, Conseiller général du canton de Pavilly pour le second semestre 2013 :


14 Septembre 2013
09h45 à 10h45 : Mairie d’EMANVILLE
11h00 à 12h00 : Mairie de SAINT-OUEN-DU-BREUIL

21 Septembre 2013
10h30 à 12h00 : Mairie de BARENTIN

5 octobre 2013
10h30 à 12h00 : Maison pour Tous de PAVILLY

12 octobre 2013
09h45 à 10h45 : Mairie de BOUVILLE
11H00 à 12h00 : Mairie de Villers-Ecalles

novembre 2013
10h30 à 12h00 : Maison pour Tous de PAVILLY

novembre 2013
09h45 à 10h45 : Mairie de CROIXMARE
11h00 à 12h00 : Mairie d’ECALLES ALIX

16 novembre 2013
09h30 à 10h30 : Mairie de LIMESY
11h00 à 12h00 : Mairie de FRESQUIENNES

23 novembre 2013
09h45 à 10h45 : Mairie de BETTEVILLE
11h00 à 12h00 : Mairie de FREVILLE

30 novembre 2013
10h30 à 12h00 : Mairie de BARENTIN

7 décembre 2013
10h30 à 12h00 : Maison pour Tous de PAVILLY

14 décembre 2013
09h45 à 10h45 : Mairie de MESNIL PANNEVILLE
11H00 à 12h00 : Mairie de VILLERS ECALLES

21 décembre 2013
10h30 à 12h00 : Mairie de BARENTIN


jeudi 5 septembre 2013

Le nouveau Blog de la Fédération PS de Seine-Maritime est en ligne

http://img.over-blog.com/500x205/3/69/95/33/Illustration-6/PS76.jpg

Après quelques mois de standby, le Blog de la Fédération PS de seine-maritime a rouvert ses portes en faisant peau neuve. 
Christophe Bouillon, député de seine-maritime et 1er secrétaire Fédéral de Seine-Maritime parle de cette nouvelle version du site "Heureusement, les geeks, surfeurs, militants passionnés ou internautes fidèles du web auront compris que pour faire du neuf mieux valait marquer une pause. Pour bien faire les choses. Changer de peau ça va aussi avec le changement. Et c’est donc maintenant !"

Pour découvrir la nouvelle version du Blog du PS76 c'est ici : http://www.ps76.fr


A Oradour, François Hollande et Joachim Gauck écrivent une nouvelle page de la réconciliation

Hollande-Gauck-Oradour.jpg


Le 4 septembre 2013, à Oradour-sur-Glane, plus de 69 ans après que la barbarie nazi ait massacré 642 habitants (hommes, femmes, enfants) de cette commune de la Haute-Vienne le 10 juin 1944, les Présidents Français et Allemands ont écrit une nouvelle page de la réconciliation.

Cette initiative qui est à l'honneur des Présidents Hollande et Gauck, marque hautement la victoire de la démocratie sur l'horreur.



http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2013-01/2013-01-31/article_oradour.jpg